Vociferatron

Précautions d'emploi : une utilisation journalière excessive peut entraîner des troubles schizo-affectifs sans gravité.

Je gratte quand la prison fiévreuse vibre tendrement!! Ra-ta-ta-ta ! Dieux !! Mes blessures mâchent tandis que je rumine!! Le silence rumine sous la bile inerte et soudain, hymnes oubliés ! DÉPRAVEZ LE DESTIN ! Les automatismes coassent près des concavités!! Vous suppliez les nations… chut ! Gnagnagna ! Vie !! Affliction, créatrice des loups bestiaux ! Ma névrose quémande les enfants, vous observez aux environs de l'obsession !

Les nuits passées chient gravement… suppliez lentement la mâchoire ! Je blasphème lorsque mon jugement rumine. Vous mâchez mon abdomen depuis que les femmes observent les odeurs!!! Je supplie devant l'embryon fasciste, je gratte!! Je gratte!! Je gratte!! Mort !! MORT !! Mémorisez mes bêtes ! Ma grille désire avec vigueur sous le mécanisme. Vous empestez le visage… absorbez les crachats ! Meven, devant qui je m'accable !

Les larmes blasphèment lorsque mon traumatisme s'acharne admirablement, l'illusion prie le caca et… déjection ! Vous ravagez ma mort engorgée! Je tombe lorsque ma voix désire. Le cosmos funeste renie mon innocence. Kiup ! Kiup ! Les cacas ouvrent mes angoisses et soudain, mort !! Je consomme ma bile quand je regurgite mes embryons funestes, mes abattoirs absorbent les névroses depuis que je châtie mes médecins, mes péchés empestent tendrement mon scrotum !

  • Partager